S'il vous plaît, assignez un menu

CRITIQUE LE DIEU VAGABOND

On a aimé

  • La patte impressionniste
  • Les couleurs à couper le souffle
  • Une histoire épique entre mythologie et monde contemporain
  • Les personnages drôles surprenants et attachants
  • Le format 156 pages qui rassasie
  • L’objet BD sublime avec son dos en tissu

Le Dieu Vagabond de Fabrizio Dori raconte une aventure épique entre mythologie et monde contemporain. L’œuvre parvient à nous faire oublier les téléphones portables, les sacs plastiques, les immeubles, les poteaux électriques, et à dresser un portrait enchanteur de notre réalité. Un mélange d’humour et de poésie, de simplicité et de grandiose, de sagesse et de folie. Les personnages sont très vite attachants. Le côté décalé, moqueur et prétentieux du héros me rappelle Klaus Hargreeves dans la série Umbrella Academy. Même visage creusé, même attitude désinvolte. Il a tout perdu et donc plus rien à perdre. Il rit de lui-même, tourne la vie en dérision, ne prend rien au sérieux jusqu’à ce qu’un espoir surgisse. L’espoir de réparer sa faute et de retrouver son statut de divinité. C’est ainsi que démarre notre épopée. Les protagonistes dont il va croiser la route sont tous plus originaux les uns que les autres. La prostituée rêveuse, le professeur myope aussi enthousiaste qu’envahissant, le chevalier fantôme plein de bravoure, le chat bienveillant. À chaque virage, le scénario nous surprend et l’histoire prend plus d’ampleur.

Chaque case est un tableau impressionniste

Entre passé et présent, Eustis se souvient de son bonheur perdu via des flashbacks graphiques peuplés de satyres, de nymphes et de dieux majestueux. Si l’intrigue est un grand puzzle, le lecteur n’est jamais perdu. À chaque planche, sa gamme colorée. Un intérieur baigné par les rayons du soleil à travers des stores vénitiens, le violet et le vert sombre d’une nuit parsemée d’étoiles, le orange brûlant d’une forêt sauvage… Les couleurs sont à couper le souffle. Impossible de lire d’une traite sans marquer un temps d’arrêt pour contempler ces teintes vibrantes. La végétation et le ciel sont traités comme des tableaux impressionnistes, transformant le palpable et le tangible en féérie visuelle. Le dessin est vif, les contours anguleux. Les visages sont aussi expressifs que dans un manga, mais toujours avec justesse. 

Résultat de recherche d'images pour "Fabrizio Dori"

Nationalité : Italie 
Né(e) à : Milan 
Biographie : 

Fabrizio Dori est illustrateur et auteur de bandes dessinées qui vit à Milan en Italie. Il s’est fait connaître en adaptant en roman graphique, le roman “Uno in diviso” tiré de Alcide Pierantozzi. “Gauguin, l’autre monde” est sa première publication en France aux Editions Sarbacane. 

🔥GAGNER DE L’ARGENT FACILEMENT ! 🔥

Gagnez au moins 15% de chaque vente. Promouvoir un service de confiance aimé par des millions. Rejoignez un programme d'affiliation qui valorise votre partenariat.

DEVENIR UN MEMBRE En savoir plus

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *